Dans la même rubrique

Pas de Chapitres

Découvrez Nolay à travers les siècles, ses ruelles, ses personnages et ses monuments.

Nolay, depuis la protohistoire, est un point stratégique de communications, à la croisée des routes Nord-Sud et Suisse-Océan. Nolay se trouve aussi sur la route du Chancelier Rolin, né à Autun et fondateur des Hospices de Beaune. Nolay se trouvera certainement sur votre chemin, bourg de 1566 habitants, il vaut votre détour pour une pause, une étape, un week end ou un séjour... vous y reviendrez !

Nolay, cité chargée d'histoire

Halles du XIVème siècle (M.H)

Halles de Nolay et Clocher de l'église Saint Martin Selon Courtépée, Nolay possédait déjà au 14ème siècle une halle à quatre pentes couvertes de laves, posée sur des piliers de bois.

Ce monument classé est arrivé jusqu'à nous sans dommage. Sa charpente doit être solide pour supporter le poids de sa toiture. La toiture se compose de pierres calcaires appelées « laves », ces dalles calcaires pèsent entre 600 et 800 kg au m².

En 1900, il y'avait quatre grandes foires annuelles et deux marchés hebdomadaires, véritable lieu de commerce où s'échangeaient les produits locaux (meuniers, huiliers, tanneurs, chapeliers, cordiers, cloutiers, vignerons) contre les peaux , le grain et le bétail de l'Auxois et du Morvan. Ces halles résonnent encore de cette vie, un marché hebdomadaire s'y déroule et toute l'année, des manifestations, foires, marchés des bouquineurs, fêtes historiques, fêtes du vin... un lieu de rencontre.


Echoppe du Moyen Age

Echoppe Cette maison est l'une des plus anciennes de Nolay, elle est typique de l'architecture rurale des Hautes Côtes : un rez de chaussée sur cave en pierres, et un étage à pans de bois, l'oeuvre d'un charpentier ! Le rez de chaussée abritait au Moyen Age, une échoppe. La devanture sur le côté atteste ce rôle commercial, le marchand allait au devant du client en ouvrant sa fenêtre. On ne rentrait pas dans les boutiques.

Cherchez bien, un masque vous observe !


Demeure natale de Lazare Carnot

Statue et demeure natale de Lazare Carnot Sur un de ses balcons se cache sa date de naissance.

Le père de Lazare Carnot fut notaire royal à Nolay. Sur sa statue, vous verrez que Lazare Carnot a été surnommé l'organisateur de la victoire. En effet, chargé de mission aux armées, il les a réorganisées et lors de la bataille de Wattignies, la victoire lui fut attribuée. Sa descendance fut nombreuse, Sadi Carnot, Marie François Sadi Carnot sont peut être des noms évocateurs. Pour ne pas vous mélanger les pinceaux... suivez une visite guidée de notre ville.


Eglise Saint Martin des XVème, XVIIème et XIXème siècles

Eglise Saint Martin vue de la place Au XVème siècle, l'église fut bâtie sur une ancienne église romane dédiée à Saint Sulpice. De cette époque subsistent le clocher haut de 38 mètres et une chapelle.
Elle s'effondre en 1641 et est reconstruite à la mode de l'époque.

Le haut clocher de pierre domine le campanile qui abrite Jacquot et Jacquotte, ses Jacquemarts qui rythment les heures.


Auberge du centre, maison à pans de bois

Auberge du centre Ses pierres ont gardé en mémoire les armes de la confrérie des Pelletiers, ils faisaient sécher les peaux dans le grenier.

Pour le plaisir de nos yeux aujourd'hui, les maisons à pans de bois n'ont pas disparu de Nolay, les charpentiers, corps de métier connu pour résister aux lois, n'ont pas suivi l'édit d'Henri IV qui a interdit en 1604 les pans de bois pour lutter contre les incendies.


Hôtel de ville du XIXème siècle, style néoclassique

Hôtel de ville Il se situe au carrefour de deux routes, l'une médiévale, la Rue Saint Quentin, l'autre du 18ème siècle, la Rue de la République. Les deux lions qui ornent la place de l'Hôtel de Ville, représentent le pouvoir de la République, ils appartenaient à la statue de la République, qui de nos jours a disparu.

Sa fontaine aux ammonites nous rappelle un sous-sol calcaire généreux en fossiles. Cette fontaine a été réalisée par le Collège Jules Ferry de Beaune d'après un dessin de Georges Bouchet, professeur de dessin.


Maison de la charité bâtie au XVIIIème siècle

Maison de la charité Ancien hospice accolé à la chapelle Notre Dame de la Compassion. En raison de l'existence de l'Hôtel Dieu à Beaune, il n'était pas permis à Nolay de construire son hôpital. Les malades nombreux ne pouvant plus être accueillis à Beaune, les soeurs de la Charité ont pris l'initiative de soigner à domicile puis la décision fut prise, d'ouvrir un hospice à Nolay.

Tableau de « La Vierge à l’enfant » visible à la maison de retraite, œuvre d’un peintre flamand s’inspirant de Raphaël.


Quartier Saint Pierre

Vue du clocher à bulbe Sa chapelle du XVIème siècle ornée d’un clocher à bulbe, témoignage d’une ancienne léproserie.

Au Moyen Age, Nolay et ses environs comptaient 15 chapelles, 2 ont résisté au temps : la Chapelle Saint Pierre, la Chapelle Saint Philippe ou Chapelle Saint Jacques.